CELEBRATION

50% des entreprises québécoises ne fêteront pas leurs 5 anniversaires, avoir 1 an en entrepreneuriat se fête en grand! Pour souligner cette victoire, nous avons posé quelques questions aux co fondatrices de Grind Atelier Lorena Rossi et Marjorie Joasil en franglais!

 

 

Lorena, what was the biggest high you experienced while building Grind Atelier this year?

Working alongside Marjorie. It’s crazy how she’s the complete opposite of me. She’s structured, organized and likes to work with clear objectives all the time! It forced me to extract my thoughts and structure them so others could understand. She challenged me everyday for the past year. But the most important thing, she made me see my true value. She valued the intangible part of me, the stuff you can’t write on a resume and for that, I am beyond grateful.

What was your lowest low?

This is my last start-up! (Not my last project, but my last business venture). It took every ounce of energy I had, which means, I had very little left for other things in my life. I sacrificed family vacation, friendships, and myself. I neglected important people around me and my health. Do I regret it? No. Was it all worth it? Yes.

Marjorie, en prenant du recul, quel conseil dirais-tu à celle que tu étais l’an dernier au moment des balbutiements de Grind Atelier? 

Mon conseil aux entrepreneurs est de prendre soin de leur santé et de prendre des vacances, ou cultiver leus relations familiales et amis. Il y a une grande différence entre une Marjorie fatiguée et celle qui a dormi au moins 6 heures. Ma créativité se déclenche souvent après avoir pris plusieurs petites pauses. C’est ce qui me permet de voir clair et prendre de meilleures décisions d’entreprise. Une tête chargée et fatiguée est ta pire ennemie. Ça peut te mener vers l’épuisement professionnel, l’une des raisons de fermeture d’entreprise en phase de démarrage.

Quelle a été ta plus grande leçon?

Qu’on n’est pas forcé à trouver la solution à un problème sur-le-champ ! J’ai appris qu’on doit souvent vivre l’expérience d’un défi déplaisant et que le recul aide à trouver la bonne solution. Il faut être patient avec soi, s’éduquer et surtout communiquer ce que l’on veut accomplir de manière objective au lieu d’agir de manière réactive.

Quel a été le moment qui t’a fait le plus peur dans ce parcours entrepreneurial? 

Le moment où nous nous sommes rendu compte que nous n’avions pas assez de fond pour tenir deux salaires dans cette entreprise. Il fallait prendre une décision. Ainsi, le retour de Lorena au 9 à 5 m’a durement frappé, car travailler avec cette femme exceptionnelle à tous les jours à fait de 2017 une année extraordinaire. Grind Atelier ne va pas mourir, toutefois nos tâches opérationnelles changeront et nous n’avons pas le choix de nous adapter pour sécuriser la célébration d’une deuxième année d’activité.

Lorena, how were you able to navigate between your family life and running a startup? 

Not very well. It’s a constant battle that I have never been able to win. It’s for this reason that I have decided to remove myself from the business partnership and only remain as a cofounder. I am not very good at balancing things in my life. I’m all or nothing and it’s exhausting for me and my family.

I am returning to my previous position as creative director for a private company and will continue to work alongside Marjorie to ensure Grind Atelier continues to exist. It will give me the chance to help others which is what makes me truly happy.

What kept you going? 

The clients. There is a real need for what we do. We teach branding and marketing, but more importantly, we break the isolation. We understand the struggles entrepreneurs face everyday and it’s important to build a platform they can go to for knowledge and support. We created a community to make sure they feel a little less alone.

Marjorie, pourquoi Grind Atelier doit-il continuer d’exister ? 

La solitude est une réalité chez les entrepreneurs. Redresser son branding ou planifier son marketing est très difficile à faire seul. Essayer de faire un remue-méninge lorsqu’on n’est pas convaincu à 100% de ses stratégies, c’est démotivant. Le manque de confiance en soi est onéreux pour une entreprise, car l’inaction et la procrastination ne génèrent pas de revenu. Voilà pourquoi Lorena, notre équipe de formateurs et moi avions créé une école spécialisée uniquement en branding, marketing et bien-être. Notre mission est de contribuer à l’épanouissement du style de vie de l’entrepreneur à travers des ateliers simple, pratique et l’fun. C’est du jamais vu au Québec et nous sommes les premières à le faire. Voilà pourquoi nous existons!

Comment vis-tu ton expérience avec une partenaire d’affaires? 

Nous avons surmonté les fameuses montagnes russes ensemble, beaucoup pleuré et surtout eu peur. Toutefois, lorsque nous communiquons nos insécurités nous réalisons  à quel point le talent de l’une est au service de l’autre. Voilà pourquoi nous avions réussi à traverser nos enjeux.

Lorena, despite the internal changes, what’s in store for Grind Atelier’s future?

The vision is quite big! It’s going to be the hub where all entrepreneurs can gather to learn, connect and support one another. It will host a list of activities, from educational and lifestyle workshops to unplugged concerts.

 

Big thank yous, Un gros merci à :

SAJE, la JCCM,  tous nos cliens, PME Montréal, amis (es), famille, ambassadeurs + partenaires.

Les cours débutent en Octobre! ??‍?

Classes are now online! ??‍?

Achetez vos billets ?? ICI  or Buy your tickets ?? HERE

SaveSave

SaveSave

SaveSave

SaveSave

SaveSave

SaveSaveSaveSave

SaveSave

SaveSave

One comment on “CELEBRATION

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *